Aller au menuAller au contenu

Archives

Fidesco

Agés de 31 et 34 ans, Lorène et Thomas partiront avec la FIDESCO, le 12 septembre, en Côte d'Ivoire, pour 24 mois.

Une aventure... 

Vingt-quatre mois, cela peut sembler long.

Mais ni la durée, ni la distance ne font pas peur à Lorène et Thomas. "C'est l'envie de découvrir le monde et le désir d'être féconds, au-delà de notre couple, qui nous ont poussés vers le volontariat".

Et c'est la dimension spirituelle de cet organisme qui les ont conduits à se tourner vers la FIDESCO

en famille !

"Nous", ce sont eux deux, bien sûr, mais aussi leurs deux enfants, Isaure et Alban, respectivement âgés de 2 ans et demi et 4 ans et demi. "Ils sont plutôt enthousiastes, surtout Alban à l'idée de prendre l'avion".

Un départ imminent...

"On doit partir le 12 septembre, mais il a fallu 1 an avant d'en arriver là et 4 ou 5 rencontres au total, dont la semaine de formation et d'envoi, début juillet, à Paray-le-Monial, à laquelle participaient tous les volontaires." (cf. photo ci-contre)

Avec peu d'affaires !

"On a droit à deux valises de 20 kg, pas plus."

Une nouvelle vie...

"Ici, j'étais ingénieur technico-commercial. Là-bas, je serai professeur de mécanique dans un lycée. Il a donc fallu que je démissionne. Il a fallu aussi qu'on loue notre maison." Seule Lorène, orthophoniste libérale, exercera le même métier, mais dans des conditions différentes.

Dans un autre pays

"C'est le partenaire de la FIDESCO qui choisit d'accueillir telle ou telle personne. Pas nous qui choisissons d'aller à tel ou tel endroit. Et on l'a su le 30 mai. Donc 3 mois avant de partir. Il s'agit d'une congrégation religieuse italienne, Don Orione, présente dans 36 pays, dont la Côte-d'Ivoire. Nous serons à Bonoua."

Soutenir Lorène et Thomas

"La FIDESCO paye le transport et, sur place, nous serons rémunérés. Mais il s'agit, évidemment, d'un salaire en rapport avec le niveau de vie du pays. Voilà aussi pour quelle raison il est possible de nous soutenir financièrement."

En savoir plus :