Aller au menuAller au contenu

Archives

Famille

Le synode sur la famille s'est terminé ce dimanche 25 octobre, à Rome. Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, revient sur cette expérience de trois semaines dans le journal La Croix...

 

Quel est l’axe fort du rapport final du synode sur la famille voté au terme de trois semaines de discussions ?

Mgr Georges Pontier : C’est la conviction que Dieu accompagne toute personne, quelle que soit sa situation, sur un chemin de conversion et de bonheur. Sa miséricorde le pousse à cela. Et nous avons à acquérir cette même pédagogie de Dieu qui nous rattrape toujours pour nous faire sentir que, par sa miséricorde, nous pouvons toujours avancer. Il a choisi ce moyen, et non le rappel de la loi ou le châtiment. Aussi sommes-nous passés d’un langage qui pense toucher les personnes en pointant sous forme de reproche la loi non respectée ou non vécue, à un langage qui veut les émerveiller en leur faisant sentir l’amour de Dieu pour nous. Et, étant touchés par cet amour, qu’ils puissent retrouver le chemin de la loi, si l’on veut, de la plénitude. Non pas que nous oubliions le projet de Dieu mais, pour qu’il soit accessible, audible, y compris à ceux qui peuvent se sentir loin ou rejetés, il faut passer par la miséricorde

Source : La Croix

A noter : la suite de l'interview est en ligne sur le site de la CEF.

A savoir : Quelque 17 000 chrétiens se sont réunis à Philadelphie, du 22 au 28 septembre 2015, à l'occasion de la rencontre mondiale des familles. Jacques et Jehanne Cauchy, délégués diocésains à la pastorale familiale, y ont pris part. Ils nous en donnent un aperçu...

"Au cœur de cette réunion, il y a eu, bien sûr, la rencontre, mais aussi des enseignements, des échanges en petits groupes, et surtout la prière, avec 300 évêques et une multitude de pasteurs venus du monde entier.

Les points de vue différents, la diversité des cultures, nous donnent autant de chemins à parcourir pour s'écouter, se comprendre. Il faut accepter de reconnaître que le chemin vers la sainteté n'est pas si simple quand nous sommes confrontés à la réalité de chaque famille, faite de grandes joies, mais souvent aussi de beaucoup d'inquiétudes.

Nous découvrons que si ce chemin de sainteté passe par bien des méandres, c’est parce qu'il n'est pas facile de conjuguer l'attachement à la loi, don de Dieu pour nous aider à vivre ensemble,  et l’exigence de la miséricorde vis-à-vis de toutes les souffrances humaines, présente dans tout l’Evangile !

Tous les sujets de la vie de famille de notre temps ont été abordés, ceux qui sont particulièrement controversés en ce moment comme la situation des chrétiens divorcés et remariés, ou celle des chrétiens homosexuels, mais aussi la situation des familles touchées par le handicap, la grande pauvreté, le vieillissement : comment ces familles sont-elles le lieu où se manifeste la miséricorde de Dieu, comment l’Eglise peut-elle devenir le foyer où viendront se réconforter toutes les familles ?

A travers les interventions magistrales, les temps spirituels et les discussions en petits groupes, se dessinait la méthode voulue par le Pape François pour le Synode sur la famille : approfondir notre compréhension de la réalité vécue par nos contemporains, se laisser éclairer par la Parole de Dieu, discuter pour trouver ensemble des réponses aux appels de l'Evangile à porter Jésus au monde."

Puisse l'Esprit continuer de guider son Eglise pour porter sa joie à toutes les familles du monde !

Jehanne et Jacques Cauchy, délégués diocésains à la pastorale familiale